Watchlist

SF écolo et post-apo

En 1993, Hayao Miyazaki déclarait : « Il n’y a jamais eu une œuvre d’art qui n’a pas reflété de quelque manière son époque… Nausicaä de la vallée du vent vient de la façon nouvelle dont on regardait la nature dans les années 1970 ». On peut ajouter que son film s’inscrit dans un genre, la science-fiction, qui s’est intéressé encore plus tôt aux menaces sur l’environnement et aux bouleversements climatiques. Deux exemples : Le Monde englouti, où un réchauffement climatique provoque la montée des eaux, et Sécheresse, où l’Europe est devenue un désert, des romans de J.G. Ballard publiés en 1962 et 1963. L’une des influences du manga et donc du film de Miyazaki est Dune, le roman de Frank Herbert publié en 1965. Situé sur une planète désertique, ce classique de la SF mettait en avant des enjeux écologiques (sauvegarde des ressources, rapport à la nature) dont on ne parlait pas beaucoup à l’époque. Les Omus avec lesquels Nausicaä a une connexion spéciale rappellent les vers des sables géants de Dune. La première adaptation du roman d’Herbert, avant celle avec Timothée Chalamet et Zendaya en 2021, est sortie la même année que Nausicaä de la vallée du vent.

La préservation de l’environnement devient une thématique populaire dans les années 1970 (la première Journée de la Terre est organisée en 1970). Dans Silent Running, en 1972, la faune et la flore ont disparu de la surface de la Terre. Les végétaux et animaux encore existants sont préservés dans de gigantesques serres attachées à un vaisseau spatial. Le héros du film est un botaniste qui est, comme Nausicaä, un ardent défenseur de la nature. La destruction de la nature est aussi l’un des thèmes d’Avril et le Monde truqué (2015). Basé sur l’univers graphique de Jacques Tardi (qui est fan de Silent Running), ce film d’animation français est truffé de clins d’œil à l’œuvre de Miyazaki.

Soleil Vert (1973) est un classique de la science-fiction dystopique dont on a beaucoup parlé récemment car il se déroule en 2022. Son ouverture, un superbe montage d’images d’archives, pourrait être une illustration du texte de début de Nausicaä : « Il y a 1000 ans, la terre fut anéantie par la pollution des civilisations industrielles ».

Les images des Sept Jours de feu et les tirs du Soldat Géant évoquent l’utilisation de la bombe atomique. La menace nucléaire était, au début des années 1980, d’actualité à cause de la Guerre froide. Pour Miyazaki, né en 1941, et ses compatriotes, c’était aussi un souvenir douloureux puisque le Japon avait connu en 1945 deux bombardements atomiques, à Hiroshima et Nagasaki. Akira, un autre monument de la japanimation des années 1980, débute par une explosion nucléaire (reprise récemment dans le clip Girl Like Me des Black Eyed Peas !). Le Second Impact qui a tué deux milliards d’humains dans Neon Genesis Evangelion (1995) n’est pas de nature nucléaire mais sa manifestation et ses conséquences sont comparables. Hideaki Anno, le créateur de la série, a été l’un des animateurs de Nausicaä de la vallée du vent, s’occupant notamment du Soldat Géant.

Un combat pour défendre la nature, une princesse en harmonie avec le monde vivant, un univers très coloré, des séquences de vol exaltantes… Les points communs entre Nausicaä de la vallée du vent et Avatar sont nombreux. Pas étonnant car James Cameron, le créateur d’Avatar, est un grand admirateur d’animation japonaise en général et d’Hayao Miyazaki en particulier.

Jeux vidéo
Chicken Run
Watchlist
L'écoféminisme
Focus
Du manga au film
Musique
Dans les oreilles d'Anne Émond
Jeux vidéo
Nausicaä
Notion
La dystopie
MENU
Rechercher ↓