Zoom

Jafar Panahi du côté des femmes

La majorité des films de Jafar Panahi mettent des personnages féminins au premier plan. L’héroïne de son premier film, Le Ballon blanc (1995), s’appelle Razieh. C’est une petite fille têtue et un peu pleurnicharde qui veut acheter un poisson rouge pour le Nouvel An iranien (qui est fêté le premier jour du printemps).

Jafar Panahi fait de nouveau appel à Aida Mohammadkhani, l’interprète de Razieh, pour le rôle principal de Le Miroir (1997). Le problème de Mina est plus sérieux que celui de Razieh : sa mère n’est pas venue la chercher à la sortie de l’école et elle doit trouver son chemin dans les rues embouteillées de Téhéran alors qu’elle ne connaît pas son adresse. Au milieu du film, on assiste à un incroyable moment de rébellion : l’actrice en a assez d’être filmée et elle quitte le tournage !

Avec Le Cercle (2000), Jafar Panahi quitte le monde de l’enfance pour aborder sans détours la condition féminine en Iran. Dans ce film, il suit, l’une après l’autre, six femmes en butte aux préjugés et aux interdits de leur société. Narges, une ancienne prisonnière qui n’a pas le droit de voyager seule, est l’une d’elles. Remarque, dans l’extrait que tu peux voir ici, la façon dont la caméra la suit en de longs plans qui nous font partager sa peur d’être arrêtée.

Depuis qu’il tourne sans autorisation, Jafar Panahi est devenu, par nécessité, l’acteur principal de ses films. Cela ne l’empêche pas de continuer à s’intéresser au sort des femmes. Dans Taxi Téhéran (2015), il accueille dans sa voiture deux femmes de caractère : sa nièce Hana et l’avocate Nasrin Sotoudeh, qui défend une jeune femme dont l’histoire rappelle celle des supportrices de Hors jeu. Nasrin Sotoudeh a été condamnée en 2018 à 33 ans de prison et 148 coups de fouet pour avoir défendu les Iraniennes qui luttent contre le voile obligatoire. Une pétition demandant sa libération a recueilli 1,5 millions de signatures autour du monde. En mars 2021, Jafar Panahi a enregistré un message de soutien à son amie. 

Les Trois Visages du dernier film de Jafar Panahi, en 2018, sont des visages de femmes. Le film débute par l’appel à l’aide de Marziyeh, une jeune femme qui est, comme les supportrices de Hors jeu, empêchée de pratiquer sa passion.

Film
Hors jeu
A ton avis
Les inégalités femmes-hommes
Watchlist
L'Iran interdit
Court-métrage
Hidden, la chanteuse cachée
Photos & témoignages
Supportrices de foot en Iran
Quiz
Hors jeu