Court-métrage

Les splendides

“Personne n’a fait plus d’allers-retours en prison qu’une maman. Personne ne tient autant les murs qu’une soeur. Et qui raconte nos histoires, à nous, les meufs de cité ?” Meryem-Bahia Arfaoui met en lumière l’invisible et faire briller celles qui tous les jours illuminent la cité par leur force.

Avec ce film, elle a remporté le concours d’Arte “Et pourtant elles tournent” en 2021, dont la consigne était de réalisé un court-métrage documentaire de autour d’un thème unique : “Besoin de personne”.

Défi
Filme ton swag !
Film
Les Indes galantes
Musique
Dans les oreilles d'Anne Émond
Jeux vidéo
Nausicaä
Notion
La dystopie
MENU
Rechercher ↓