Focus

Des collèges au cinéma

Tu passes beaucoup (trop) de temps en cours ? Eh bien voilà du rab’ de salles de classe !

Swagger

Sans collège Claude Debussy d’Aulnay-sous-Bois, pas de Swagger ! Le réalisateur Olivier Babinet a eu l’idée du film après y avoir animé pendant deux ans des ateliers de réalisation, dont Zombie sous bois (voir vidéo). C’est pendant ces ateliers qu’il a rencontré les élèves qui seront les vedettes de son long métrage. Le collège a une place importante dans Swagger, tous les entretiens avec les élèves y sont filmés, mais il n’est pas le seul décor. On découvre beaucoup d’autres endroits d’Aulnay : les immeubles et les appartements des élèves, des terrains vagues, une église, une mosquée…

Zombie sous bois

Regarde attentivement le clip Life on Earth pour essayer de retrouver les plans (et les collégien.ne.s !) qui ont été repris dans Swagger. Tu remarqueras que des professeurs apparaissent dans le clip alors qu’ils sont quasiment absents du film. Les seuls membres de l’encadrement qu’on y voit à plusieurs reprises sont les surveillants. D’autres adultes avaient été filmés pendant le tournage mais ils ont été coupés au montage, le choix d’Olivier Babinet étant de se concentrer sur les collégien.ne.s.

Au revoir les enfants

Au revoir les enfants se déroule presque intégralement dans les murs d’un collège catholique. On peut parler de huis clos puisque seules 4 séquences (le train, les bains publics, la course d’orientation en forêt, le restaurant) se déroulent hors de l’établissement et que celui-ci est dans un couvent isolé. Contrairement à Swagger, on fait la connaissance de l’ensemble du personnel d’encadrement (directeur, professeurs, surveillants, cuisinière, infirmière). Le manque d’argent a parfois du bon : à cause d’un budget serré, Louis Malle a dû réduire le nombre de décors. Cela lui a permis de concentrer son histoire et de faire du pensionnat une version miniature de la société française sous l’Occupation.

Enfance clandestine

L’école primaire d’Enfance clandestine est beaucoup moins présente puisque le bâtiment lui-même n’apparaît plus à l’écran après la 40ème minute. Juan doit passer son enfance à se cacher et pas uniquement en se planquant derrière une montagne de cartons. Il doit aussi cacher son identité à l’école, avec un nouveau nom, une nouvelle date de naissance, une nouvelle région d’origine. L’école est marquée par l’ordre et la discipline (levée du drapeau, port d’uniformes comme dans Au revoir les enfants), en écho à la dictature militaire au pouvoir en Argentine à l’époque.

Film
Swagger
Film
Au revoir les enfants
Film
Enfance clandestine
Focus
Jeux de regards
Défi
Seul.e mais ensemble
Clip
Life on Earth